Archives de catégorie : Pollutions repiratoires

Abattage des platanes de l’avenue Jean-Jaurès à Montrouge

Nous soutenons pleinement et activement une nouvelle initiative citoyenne pour la prise en considération des desiderata de la population locale et des personnes travaillant à proximité. Il s’agit cette fois de la conservation des platanes de l’avenue Jean-Jaurès à Montrouge.

Cette initiative, bien sûr indépendante de tout parti politique + les détails utiles  se trouvent uniquement via une page Facebook : cliquez-ici 🙂

Néanmoins nous pouvons échangerr toutes informations utiles via le 06 06 60 17 17 ou via les commentaires à la suite de cet article.

Mobilisez, partagez, agissez si vous le pouvez en urgence car l’abattage de la centaine de platanes a commencé. Une trentaine d’arbres serait transplantée, une quinzaine a déjà été abattue depuis lundi dernier 20 août.

Le CAPAJ – Collectif contre l’Abattage des Platanes de Jean Jaurès – a réussi il semblerait à ralentir ce chantier terrible puisque qu’aucun nouvel arbre n’a été abattu hier.  Ce jeudi un nouveau RDV au café “Le Rond Point” place Jean Jaurès est organisé à 9h pour maintenir, voir amplifier les actions nécessaires.

Au-delà de la création du Collectif, de démarches en Mairie… environ 400 personnes ont signé une pétition durant la journée de mercredi. Le collectif compte réalisé une possibilité de pétition en ligne.

Nous vous tiendrons informé,es. A très vite !

20 000 pneus usagés par terrain synthétique – Risque pour la santé, à Montrouge aussi !

Risque pour la santé à Montrouge : une alerte est lancée concernant les enfants et adultes fréquentant assidûment certains stades de football et certaines salles de foot d’intérieur. Les terrains de Montrouge sont concernés.

En effet à Montrouge entre autre, le terrain du stade Maurice Arnoux et celui du stade Jean Leizer (il me semble), sont de nouvelles surfaces synthétiques avec ces petits morceaux de pneus usagés. Vous aurez remarqué depuis plusieurs années ces “mini billes” noires qui collent à la peau et s’introduisent dans les chaussures et les vêtements.

Le soucis viendrait de ce caoutchouc issu du recyclage de pneus usagés, répondant aux normes pour des pneus mais par du tout pour un contact répétitif avec l’être humain ; des normes beaucoup plus restrictives s’appliquent pour les jouets en caoutchouc par exemple. La dégradation de ces particules de caoutchouc dans le temps, leur volatilité, et l’émission de gaz liée à la chaleur développent d’autant les risques.

Le principe de précaution commence à être appliqué dans différents pays avec l’interdiction d’utilisation de ces pneus usagés sur les pelouses synthétiques. D’autres granulats plus chers il est vrai mais bien plus sûrs pour la santé, répondent à des normes cohérentes et sont déjà vendus par les industriels. Il semble peu anodin que des industriels aient développé et mis à disposition des alternatives de matière première dans leur catalogue alors que les pneus usagés sont gratuits, et même rapportent de l’argent quand on les collecte !

Pour nous montrougiennes et montrougiens que faire ?

Pour se prélasser ou jouer de façon plus amateur, les squares sont évidemment à privilégier mais quand on fait du sport sur les stades de la ville quelles solutions seraient préconisées en attendant ?

  • se laver rapidement les mains et autres surfaces en contact ;
  • prendre une douche après avoir joué sur ce type de pelouse ;
  • éviter tout contact avec une blessure ;
  • éviter toute mise en bouche !
  • Enfin, rénover ces stades avec de nouvelles particules saines semblent un budget à prioriser par la municipalité.
Origine de l’article

Cette alerte est partagée suite à la vision du reportage d’Envoyé Spécial diffusé sur France 2 hier soir (jeudi 22/2/2018) et disponible gratuitement en replay pendant quelques jours sur votre télévision ou via internet (début à la 34ème minute de l’émission).  La véracité des éléments évoqués (caoutchouc toxique et cancérigène) sera certainement beaucoup mise en question du fait qu’elle engage certaines responsabilités et des intérêts multiples. Intérêts industriels mais aussi locaux quand on sait que ces terrains sont dits très économiques car ne nécessitant que très peu d’entretien. Le débat sur ce dernier point ne sera pas lancé bien qu’on puisse garder à l’esprit l’envie d’étudier l’intérêt comparatif de pelouses en herbe en terme d’emploi local… voir peut-être même en terme d’environnement contrairement à une étude rapide.

On a vu que des solutions existent pour rénover ces terrains synthétiques, que le principe de précaution doit prévaloir en la matière et qu’au delà de s’être posé des questions qui semblent aujourd’hui de bon sens, les élu-es doivent réfléchir rapidement sur cette question pour notre santé et celle de nos enfants.