Catégories
Démocratie réelle Émancipation La servitude volontaire

Gilet Jaune ?

Est-on toutes et tous gilet jaune ?

Non bien sûr.  Je ne le suis pas… ou ne l’étais pas au départ ; mais aujourd’hui et même depuis une quinzaine comment ne pas être gilet jaune ? !

En effet nous, sur ce site, ne pouvons être qu’à 2000 % il me semble, en accord avec cette demande prioritaire des gilets jaunes de “Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC) en toutes matières, élaboré par nous-mêmes” ! Non ?

Par ailleurs, comment ne pas être solidaire avec ces dizaines de milliers de personnes qui ne vivent plus décemment en France (ailleurs n’est pas d’actualité, on peut le comprendre dans ces moments particuliers), quand d’autres abusent et épuisent de nos ressources communes ?

Nous allons faire court, et utiliser notre temps pour continuer à partager, expliquer sur d’autres supports, participer… dans ce sens. Il semble que cela soit une opportunité extrêmement rare pour vraiment changer de système de gouvernance (article sur ce site), pour anticiper les crises systémiques s’approchant à grand pas  (article sur ce site).

Anticiper en intégrant les risques (y compris les risques connexes) d’une crise institutionnelle ponctuelle et provoquée sera, on l’espère, bien moins dramatique qu’un effondrement global (article sur ce site) subi sans préparation, ni cohésion.

En toute conscience, sans être plus que tout cela gilet jaune (!) vis à vis de l’origine probablement mal perçue de ce mouvement, amicalement et très solidairement.

Une pétition qui démarre très très fort en cliquant ici ; à savoir tout de même que Change.org est localisé dans un état américain très libertaire sur la circulation des données 🙁

Cliquez-ici pour télécharger

le document tracts-économiques, en plus net pour une impression !

Catégories
Collèges Culture Émancipation La servitude volontaire Livres Lycée

Entretien avec Miguel Benasayag à propos du texte “De la servitude volontaire” d’Etienne de La Boétie

L’objectif principal est de vous donner à lire et/ou à écouter, cet entretien qui préface le texte de La Boétie – De la servitude volontaire – publié par les éditions “Le passager clandestin”.

A écouter ici : 

Ci-dessous, l’intégralité également de l’entretien de Miguel Benasayag recueilli en juin 2010 par Dominique Bellec, publié par les éditions “Le passager clandestin”.
Il faut noter un excellent entretien avec Cornelius Castoriadis, en postface, non retranscrit.
Enfin à la suite du texte, et pour conclure cet article, vous trouverez quelques extraits qui m’ont paru importants.

“De la servitude volontaire”

Etienne de La Boétie

Entretiens avec Miguel Benasayag et avec Cornelius Castoriadis*

Edition “le passager clandestin”

*à venir

Avec nos très sincères remerciements pour la très aimable autorisation de cette maison d’édition indépendante qui publie de nombreux textes alternatifs : www.lepassagerclandestin.fr

Par avance merci d’excuser et d’éventuellement signaler quelques possibles erreurs lors de la transcription écrite, ainsi que lors des ajouts de liens. Merci aussi de signaler votre intérêt.

Vous trouverez le texte original “De la servitude volontaire” en suivant ce lien (cliquez ici).

Entretien avec Miguel Benasayag

Propos recueillis par Dominique Bellec

Résister dans une époque obscure

Peux-tu commencer par nous restituer De la servitude volontaire dans son temps, nous parler de l’auteur et du contexte historique dans lequel il a vécu ?

Le contexte est très important bien entendu, parce que ça fait de La Boétie la mouche blanche, un être vraiment très bizarre dans son temps. Il faut le situer au début du XVIe siècle, en plein essor de l’humanisme (Thomas More, Érasme de Rotterdam, Machiavel). Début 1500, le passage de Dieu à l’homme, pour parler comme Foucault, est un passage de la société dans laquelle le sujet de l’Histoire, le sujet qui agit est Dieu et où l’homme n’est qu’un sujet parmi d’autres ; certes il est central, privilégié, mais ce n’est pas lui le sujet. Et là, en 1500, aboutit un travail historique, culturel et économique très profond et complexe qui avait commencé grosso modo après l’an mille, avec Abélard, le nominalisme, Pétrarque, mais aussi tout le mouvement révolutionnaire cathare, les hérésies

Donc, en 1500 ans, après la conquête de l’Amérique, c’est le moment charnière : l’homme devient sujet, c’est l’émergence de l’homme comme sujet de l’Histoire. Pour Kepler – qui a failli être brûlé pour ses propos -, la seule différence entre Dieu et les hommes, c’est que Dieu connaît tous les théorèmes depuis l’éternité, alors que l’homme ne les connaît pas encore tous. Pas encore, c’est-à-dire qu’il allait les connaître, que l’homme allait devenir Dieu.

Et voilà qu’un tout jeune homme de dix-huit ans vient affirmer qu’en réalité les hommes chérissent et s’attachent à leurs chaînes comme s’il s’agissait de leur liberté : il existe une forme de servitude qui est volontaire. C’est courageux ! Ce sont les Lumières noires. Quelques penseurs un peu dissidents, comme Spinoza ou Leibniz, reprendront cette idée par la suite.