Archives de catégorie : Expression

Permettre à chacun de s’exprimer tout en étant entendu.
Mise en pratique de fonctionnements.

Entretien avec Miguel Benasayag à propos du texte « De la servitude volontaire » d’Etienne de La Boétie

L’objectif principal est de vous donner à lire et/ou à écouter, cet entretien qui préface le texte de La Boétie – De la servitude volontaire – publié par les éditions “Le passager clandestin”.

Ensuite vous trouverez quelques extraits remarqués ; sans plus de détails pour l’instant.

Il faut noter qu’un entretien avec Cornelius Castoriadis, la postface, est en cours de transcription.

Immédiatement ci-dessous un enregistrement sonore, suivi sous sa forme écrite, de l’intégralité de l’entretien de Miguel Benasayag recueilli en juin 2010 par Dominique Bellec, publié par les éditions « Le passager clandestin ».

“De la servitude volontaire”

Etienne de La Boétie

Entretiens avec Miguel Benasayag et avec Cornelius Castoriadis*

Edition “le passager clandestin”

*à venir

Avec nos très sincères remerciements pour la très aimable autorisation de cette maison d’édition indépendante qui publie de nombreux textes alternatifs : www.lepassagerclandestin.fr

Par avance merci d’excuser et d’éventuellement signaler quelques possibles erreurs lors de la transcription écrite, ainsi que lors des ajouts de liens. Merci aussi de signaler votre intérêt.

Vous trouverez le texte original “De la servitude volontaire” en suivant ce lien (cliquez ici).

Entretien avec Miguel Benasayag

Propos recueillis par Dominique Bellec

Résister dans une époque obscure

Peux-tu commencer par nous restituer De la servitude volontaire dans son temps, nous parler de l’auteur et du contexte historique dans lequel il a vécu ?

Le contexte est très important bien entendu, parce que ça fait de La Boétie la mouche blanche, un être vraiment très bizarre dans son temps. Il faut le situer au début du XVIe siècle, en plein essor de l’humanisme (Thomas More, Érasme de Rotterdam, Machiavel). Début 1500, le passage de Dieu à l’homme, pour parler comme Foucault, est un passage de la société dans laquelle le sujet de l’Histoire, le sujet qui agit est Dieu et où l’homme n’est qu’un sujet parmi d’autres ; certes il est central, privilégié, mais ce n’est pas lui le sujet. Et là, en 1500, aboutit un travail historique, culturel et économique très profond et complexe qui avait commencé grosso modo après l’an mille, avec Abélard, le nominalisme, Pétrarque, mais aussi tout le mouvement révolutionnaire cathare, les hérésies

Donc, en 1500 ans, après la conquête de l’Amérique, c’est le moment charnière : l’homme devient sujet, c’est l’émergence de l’homme comme sujet de l’Histoire. Pour Kepler – qui a failli être brûlé pour ces propos -, la seule différence entre Dieu et les hommes, c’est que Dieu connaît tous les théorèmes depuis l’éternité, alors que l’homme ne les connaît pas encore tous. Pas encore, c’est-à-dire qu’il allait les connaître, que l’homme allait devenir Dieu.

Et voilà qu’un tout jeune homme de dix-huit ans vient affirmer qu’en réalité les hommes chérissent et s’attachent à leurs chaînes comme s’il s’agissait de leur liberté : il existe une forme de servitude qui est volontaire. C’est courageux ! Ce sont les Lumières noires. Quelques penseurs un peu dissidents, comme Spinoza ou Leibniz, reprendrons cette idée par la suite. Continuer la lecture de Entretien avec Miguel Benasayag à propos du texte « De la servitude volontaire » d’Etienne de La Boétie

NUIT DEBOUT AU LYCEE GENEVOIX

« NUIT DEBOUT AU LYCEE GENEVOIX MARDI 3 MAI de 18h à … »

 

« Chers Parents d’élèves,

Les professeurs du lycée se sont réunis nombreux en heure d’information syndicale ce jeudi 14 avril à 11h30. L’objectif était de faire le bilan de l’entrevue que nous (parents + enseignants + direction)  avions obtenue le mercredi 6 avril dernier à l’IA concernant nos demandes de moyens supplémentaires pour faire réussir nos élèves (DHG supplémentaire, effectifs par classe à 30, IMP supplémentaires, un poste de documentaliste supplémentaire, etc.).

Cette entrevue a surtout permis de prendre la mesure des refus ou incapacités de l’IA de répondre concrètement et rapidement à nos demandes.

Ces éléments s’ajoutent à un contexte général de mépris de nos conditions de travail et de rémunération et des conséquences sur la réussite de nos élèves. De ce point de vue également les réformes récentes sont inquiétantes : réforme du collège, passages automatiques dans la classe supérieure pour tous les élèves sans moyens pour pallier les insuffisances d’apprentissages, inscription des redoublants de terminale à temps partiel, accroissement des inégalités de traitement des élèves d’un établissement à l’autre du fait des choix locaux, alourdissement de la charge de travail pour tous les enseignants.

Dans ce contexte, nous estimons que nous avons besoin de discuter et de nous organiser pour faire changer les choses avec l’ensemble des acteurs concernés : parents, élus, collègues des établissements des environs, associations, etc.

Nous avons donc décidé la tenue d’une

NUIT DEBOUT au lycée le mardi 3 mai à partir de 18h.

Nous vous invitons à nous rejoindre !

 Pour la nuit debout : pour une heure, pour toute la nuit, venez discuter de ces questions dans un cadre collectif et convivial, en salle des profs du lycée le 3 mai.

 

Pour des raisons d’organisation et de sécurité, nous aurons besoin de connaître le nom des personnes qui souhaiteraient nous rejoindre pour cette action.

 

Espérant vous voir nombreux

 

Pour le comité d’organisation »

Juliette Isambert (Sces Physiques) isambert.physique@yahoo.fr
Frédérique Houseaux (Sces Economiques et Sociales) frederique.houseaux@gmail.com